PHOTOS & PASSIONS

PHOTOS & PASSIONS

Les Républicains espagnols dans la Résistance_1

Les Espagnols dans la résistance Cévénole




La 3ème division des guérilleros espagnols Gard-Lozère-Ardèche

Au cours de l'année 1942, les organisations du P.C.E. et de l'U.N.E. avaient recruté des groupes de guérilleros travaillant dans les bois de la Lozère et de l'Ardèche, et dans les mines d'Alès et de la Grand-Combe dans le département du Gard.

La 3ème division est créée au mois de juillet 1943, avec les volontaires de ces trois départements.

Cristino Garcia, fut nommé chef d'Etat major. Ancien officier pendant la guerre d'Espagne, il était expert dans la lutte armée. Sa première mission fut de fabriquer avec de la dynamite récupérée dans les mines, des engins explosifs pour les opérations de sabotage.
Au cours du dernier trimestre 1943 Cristino Garcia aidé de José Sanz, Sabino Encina, Juan Fernandez et Pascual Fernandez, forma et entraîna un détachement de dynamiteurs dans le Gard et dans les premiers maquis espagnols de la Lozère.

Suite au mot d'ordre de l'U.N.E :
"Travaillez moins et pire, sabotez plus et mieux afin de porter un coup à la machine de guerre du IIIème Reich et rendre l'occupation de plus en plus coûteuse en force d'occupation".

Les sabotages vont se multiplier.
Après avoir accompli un grand nombre de sabotages dans le bassin minier, Cristino Garcia et
ses guérilleros se distinguèrent dans les opérations de 1944 et les combats de la Libération.

L'attaque de la prison de Nîmes et la bataille de la Madeleine, figurent dans les hauts faits d'armes de l'histoire des FFI.

Combien étaient-ils ?

Il est difficile de donner un chiffre précis.
Néanmoins en faisant référence au rassemblement des 15ème, 19ème et 21ème brigades de la troisième division des guérilleros Espagnols quelques jours après la bataille de la Madeleine,
on arrive au chiffre de 600 :

Ardèche :     19ème brigade 200 hommes Gard :     21ème brigade 250 hommes Lozère :     15ème brigade 150 hommes

Il ne faut pas oublier les femmes, qui ont joué un rôle important dans l'acheminement
des renseignements, le transport des armes et des vivres
 
La Lozère

15ème brigade de la Lozère
Commandée par José Garcia Acevedo puis par Miguel Lopez, cette brigade participa à de
nombreux sabotages de voies ferrées, de lignes électriques.
En février 1944, le commandement de la brigade prépara un plan en vue de paralyser les industries de la région qui travaillaient pour les allemands.

Sabotages les plus importants de mars à avril 1944 :
- le 3 mars, sabotage des transformateurs de la mine de bauxite de Saint-Privat de Vallongue.
- le 2 avril, destruction du moteur électrique d'un compresseur de la mine d'antimoine du Collet de Dèze.

Un guérillero, qui avait participé à ces destructions fut arrêté par la Gestapo de Mende et conduit à Montpellier. Après avoir été torturé sans qu'il ne dénonce aucun camarade, il parvint à s'échapper et atteignit la Lozère pour participer aux combats de la Libération. Ce combattant fut décoré de la Croix de Guerre.

- les 10 et 11 avril, cinq moteurs et un transformateur de la machine d'extraction de la mine et
la raffinerie d'antimoine de la même localité sont mis hors service
- les 12 et 14 avril, destruction des fours à charbon végétal et détérioration de six scies
électriques, d'un transformateur et de deux moteurs à Villefort

Autres combats
- début juin 1944 : combat de La Rivière
- le 3 août 1944, les guérilleros en collaboration avec une compagnie de FTPF, attaquèrent
une colonne allemande près du Collet de Dèze, causant de lourdes pertes à l'ennemi
- le 4 août, un autre détachement de la brigade prit part aux combats pour la libération de
Mende et de Langogne
- le 25 août, ils participèrent, avec les autres forces de la résistance à la libération de Bagnols
et d'autres localités
- le 28 août, ils libérèrent Villefort et firent prisonniers 200 Allemands

Dans ces combats moururent le capitaine José Simo Pinol et les guérilleros Félix Aguado, Antonio Carrasco et Pedro Sanchez.

Le combat de La Parade : 28 mai 1944
Attaqués par surprise par une colonne allemande fortement armée, presque tous les guérilleros
d'un détachement de la 15ème brigade et leur chef le capitaine Miguel Lopez seront tués.

Un des premiers groupes armés de l'AS, organisé dans la zone sud, fut le maquis, qui prit pour nom "Bir-Hakeim", en hommage à la première grande bataille des Forces de la France Libre en Afrique, au cours de laquelle tombèrent de nombreux Espagnols.
Des livres et des articles ont été écrits pour évoquer l'histoire du maquis Bir-Hakeim, de sa vie errante à travers plusieurs départements et de son installation dans les Cévennes. C'est au cours de cette dernière période que se produisirent les événements tragiques que nous
évoquons :
 
"Le capitaine Demarne s'arrêta avec des maquisards de Bir-Hakeim dans le département de
l'Hérault, le reste de la formation poursuivit sa marche sous le commandement du commandant Barot (alias Jean Capel) vers les hameaux de La Parade et de La Borie, sur la route qui relie Meyrueis à Sainte-Enimie. Les maquisards parvinrent à La Parade le 27 mai 1944.
La mission du commandant Barot consistait à préparer et à protéger le Causse Méjean, pour assurer la réception d'importants parachutages d'armes. Il s'était mis d'accord avec les formations locales de la résistance pour réussir sa mission. Quand les Allemands attaquèrent La Borie et La Parade, ils se heurtèrent à 70 résistants appartenant aux maquis Bir-Hakeim, de l'A.S., de la M.O.I. du département de la Lozère, composé presque uniquement d'anciens volontaires des brigades Internationales, et de 16 Espagnols de la 15ème brigade de guérilleros.
Le 28 mai, au petit matin, les allemands firent prisonnier le résistant qui montait la garde, ce qui leur permis d'attaquer par surprise. Les cinq Espagnols qui surveillaient la route de Meyrueis, devant La Borie, furent tués.
Le capitaine allemand Lange (chef de la Légion arménienne aux ordres des nazis) tenta de rentrer dans le village par le nord, mais les résistants prirent leurs positions autour du château et des deux hameaux. La situation devint si critique que Barot décida d'ouvrir une brèche dans les lignes allemandes afin d'organiser le repli, et tenta une sortie avec quatre hommes. Ils furent criblés de balles.
Après la mort de Barot, les résistants organisèrent la riposte et repoussèrent à plusieurs reprises les Allemands qui attaquaient avec des lance-grenades et des canons antichars. Dans la soirée, les maquisards avaient épuisé leurs munitions. Leur capitaine Miguel Lopez, fut blessé gravement.
Le capitaine allemand Lange demanda des renforts : 120 soldats du Service de Renseignements des forces aériennes cantonnées à Millau (Aveyron) arrivèrent dans le courant de la nuit.
Quelques résistants dont trois Espagnols réussirent à percer les lignes allemandes. Un autre groupe tenta la même manœuvre, mais fut surpris par l'ennemi : trois résistants furent tués pendant l'accrochage et huit autres furent fusillés, après avoir été faits prisonniers".

Il faut souligner le rôle de premier plan que joua la 15ème brigade dans les tragiques épisodes de La Parade et de La Borie. Parmi les 59 morts de La Borie et de Badaroux, il y eut 23 espagnols identifiés : leurs noms sont gravés sur le monument de la Parade et sur les stèles de la Tourette. Enrique Oliba, Manuel Mejia, Remigio Homs, José Garcia, José Camarasa, Augustin Fuentes, Celestino Cuesta, Manuel Cuenca, Marcos Amador, Mariano Cales, José Fernandez, Carlos Gallego, Aquilino Garcia, Gilberto Teruel et Joaquin Olmos, Manuel Suarez, Eloy Montes, Manuel Sanchez, Manuel Garrido, Gabriel Asencio, Felipe Casal et Manuel Carrasco. Le capitaine Miguel Lopez.
Arrêtés le jour même de la libération le préfet de Lozère Dutruch, et deux hauts gradés de la gendarmerie sont jugés et fusillés pour trahison. Leur collaboration avait permis aux Allemands l'anéantissement du maquis de "Bir-Hakeim".

Tous les guérilleros de la 15ème brigade morts au combat, ou fusillés par la suite furent décorés à titre posthume de la croix de guerre. Voici la citation de leur chef, le capitaine
Miguel Lopez :
Ordre général n°35.
Le général de division Ollier, commandant la IXème Région Militaire.
Cité à titre posthume à l'ordre de la division : Miguel Lopez capitaine FFI "Officier d'une valeur exemplaire. Encerclé à la Parade le 28 mai 1944, après la mort de son chef, le  commandant Barot, a continué le combat jusqu'à épuisement des munitions. Fait prisonnier a été fusillé à Badaroux (Lozère) quand il tentait de s'évader.
Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec étoile d'argent".
Marseille, le 29 octobre 1946
Malgré la perte irremplaçable de quelques uns de ses meilleurs vétérans, la 15ième brigade renforça ses rangs avec de nouvelles recrues et prit part brillamment aux combats de la libération du Département.

 
L'Ardèche
19ème brigade


Dès 1942, Rosa Sarna, Laudina Fanjul et Enrique Closell organisèrent la "U.N.E." dans ce département.
Pendant l'année 1943 et le premier trimestre 1944 les premiers groupes de guérilleros réalisèrent des sabotages.
En Basse Ardèche, l'Armée Secrète des M.U.R. (Mouvement Unifié de la Résistance) recruta les Espagnols parmi les Groupements de travailleurs et chez les particuliers. L'un d'eux, le libertaire Juan Pujadas occupera des responsabilités dans l'A.S. (parachutages d'armes en 1944). Il en fera profiter équitablement tous les résistants.
Après le débarquement allié, l'union de tous les Espagnols de l'Ardèche se réalisera à l'instigation de Cristino Garcia qui décida Pujadas à constituer avec ses hommes une unité autonome : la 19ème brigade ardéchoise.

Edouard Montcouquiol (capitaine Jules), vétéran des Brigades Internationales et chef de compagnies AS, puis FTPF, constate à quel point la présence des Espagnols constitua un
apport décisif pour le maquis ardéchois :
"Dans les maquis, nous étions confrontés à un problème majeur : la plupart des jeunes ne s'étaient jamais servis d'une arme, seulement 2 à 3 % d'entre nous étions militaires de formation. Or, à l'inverse des maquisards français, la plupart des républicains espagnols avaient une expérience de la lutte armée acquise dans des conditions extrêmement dures au cours de la guerre d'Espagne. Aussi, du point de vue de la "qualité", leur rôle fut-il considérable : toujours volontaires pour être en première ligne, ils étaient également prédestinés à devenir des instructeurs militaires hors pair. En plus nous les appréciions pour leurs hautes qualités morales : leur sens aiguë de la discipline et leur ardeur au combat. En Ardèche, ils ont rendu des services inestimables à la Résistance et aux maquis." (Témoignage recueilli par Hervé Mauran et publié dans son ouvrage "Un maquis de républicains espagnols
dans les Cévennes")

Au mois de juin 1944, deux cents guérilleros commandés par Grégorio Izquierdo, remplacé plus tard par Moreno, installèrent leur cantonnement près d'Aubenas. Laudina Fanjul et Celina Villa assuraient la liaison avec l'état-major français.
A partir du mois de juillet, les guérilleros intervinrent dans les opérations suivantes :
- le 11 juillet, un groupe de guérilleros attaqua à la grenade un camion allemand sur la route
de Privas à Aubenas, tuant six Allemands et récupéra l'armement
- le 13, toutes les forces de la brigade attaquèrent près du col de l'Escrinet une colonne allemande. Après une demie heure de combat, les guérilleros se retirèrent pour évacuer quatre
blessés. Les Allemands eurent d'importantes pertes et cinq camions furent détruits
-le 17 août, les guérilleros attaquèrent une formation allemande sur la route 579 (Vallon), et firent 58 prisonniers, ils récupérèrent tout l'armement, trois camions, une voiture de tourisme
et un camion citerne
 
- le 19, un détachement de la brigade prépara une embuscade au croisement de Grospierre, au
sud de Maisonneuve, faisant prisonnier le motocycliste qui précédait la colonne, ils
attaquèrent par surprise les Allemands
- le 20, ils affrontèrent une autre formation allemande sur la route de Vallon. L'ennemi contre- attaqua avec l'appui de l'artillerie. Les guérilleros se retirèrent dans les bois proches, en
évacuant leurs blessés
- le 21, un groupe de cinquante guérilleros effectua un coup de main contre le poste de commandement d'une division allemande près d'Aubenas, tuant quinze officiers, parmi eux leur général, et blessa plusieurs soldats.

Le témoignage d'un groupe de guérilleros de l'Ardèche fournit des détails sur deux combats
importants :
"Les guérilleros avaient pour mission d'harceler une colonne allemande qui se dirigeait vers Valence. Juan Pujadas, chef de bataillon, envoya le détachement du lieutenant Izquierdo. Le groupe de Vilches, Cobos, Martin et Pedro plaça deux fusils-mitrailleurs sur le flanc de la colline de cap de Cliné, qui domine la route. Le groupe de Pujol, armé de mitraillettes et de grenades, guettait dans les fossés sur la route. Pujol donna l'ordre d'ouvrir le feu, quand la tête du convoi était déjà passée, semant la panique parmi les Allemands qui perdirent 80 hommes. Un autre détachement, sous les ordres de Moreno, put entrer dans le dispositif allemand, qui se trouvait dans un bois, tandis que le reste de la brigade faisait front aux attaques désespérées de l'ennemi aux environs de Vallon et Ruoms. Les Allemands abandonnèrent leur matériel et s'enfuirent dans les bois, où presque tous furent faits prisonniers".

Dans les combats de la Libération, les lieutenants Bartolomé Cabre et José Ferret et les guérilleros Aurelio Grillo Guttierez, Juan Grillo, Juan Cabrel, Francisco Gomez, José Garcia Lopez ( fusillé à Pouzin), Vicente Martinez, Francisco Pichon (fusillé au Teil), Rico, Serra, Mauricio Vigo, José Caballero et quelques autres non identifiés perdirent la vie.
 
 
Le Gard
21ème Brigade

Le Gard, un département sous haute surveillance
Une des actions de résistance la plus spectaculaire est la libération des résistants détenus à la
prison de Nîmes :

En décembre 1943, Cristino Garcia et Joaquin Arasanz dit Villacampa, préparent minutieusement l'assaut de la prison centrale de Nîmes où était détenu un grand nombre de résistants menacés d'être déportés dans les camps d'extermination en Allemagne.

"Pedro Vicente, officier de la 21ème brigade fut chargé de louer un appartement à Nîmes qui devait servir de quartier général pour la future opération. En janvier 1944, il trouva un appartement au premier étage du numéro 2 de la rue des Arènes, très près de la prison et à quelques centaines de mètres de la caserne de la Gestapo et de la milice française.
Le 3 février, les guérilleros se présentèrent un par un à la maison de la rue des Arènes. Jusqu'à cette date, Pedro Vicente et sa femme n'avaient pas été dérangés ni par la Police française ni par la Gestapo. Mais, par ces étranges coïncidences si fréquentes dans la lutte clandestine, le lendemain la police se présenta chez eux à huit heures du matin, sans doute pour une vérification de routine. L'épouse de Vicente qui avait dix-huit ans à cette époque, affronta la situation avec sang-froid. Elle répondit tranquillement aux questions que lui posèrent les policiers, en leur disant que son mari et elle vivaient seuls, qu'ils attendaient l'arrivée de leurs parents, que son mari travaillait dans les mines, mais que ce jour-là il était resté chez lui parce qu'il était légèrement souffrant. Elle leur offrit une tasse de café que les policiers refusèrent et ils partirent convaincus qu'il s'agissait d'une famille sans histoires. Quatorze guérilleros se trouvaient derrière la porte vitrée, à l'écoute de l'interrogatoire, prêts à faire usage de leurs armes au cas où les policiers auraient procédé à une perquisition. Parmi ce groupe de  guérilleros de la Lozère, Joaquin Olmos, Aquilino Garcia et Manuel Carrasco trouvèrent la mort trois mois plus tard durant l'attaque allemande contre le maquis "Bir-Hakeim".
Le portier de la prison complice des résistants, ouvrit la porte au signal convenu. Les guérilleros désarmèrent les gardiens et libérèrent les prisonniers sans qu'aucune victime ne soit à déplorer. Cristino Garcia, blessé à une jambe, fut transporté par ses compagnons dans la maison de campagne du docteur Cabouat, qui le soigna. Quelques jours plus tard, Martin Alonso et Carrion le conduirent chez Fina, agent de liaison et principal lieu de contact de la
brigade du Gard, au 14 de la rue Générac, à Nîmes."

Les premiers groupes de guérilleros de la 21ème brigade furent mis sur pied par les réfugiés qui travaillaient dans les mines de Bessèges, Trescol, Rochebelle, la Grand Combe et Alès. Comme dans les autres bassins miniers, les guérilleros y récupéraient les explosifs indispensables aux opérations de sabotage.
Ricardo Samitier témoigne:
"C'était un jeu d'enfant que de se procurer de la dynamite. Lorsque l'un d'entre nous devait faire sauter une mine, il pouvait compter 20 trous et n'en tirer que 15. Personne ne pouvait vérifier. Les autres cartouches de dynamite étaient mises dans la musette et sorties de la mine à la fin de la journée".
Dès 1941, Cristino Garcia, Atilano Quintero Morales et Bonifacio Quesada font partie du premier corps francs du PC d'Espagne intégré aux F.T.P.-M.O.I. Ils sont tous les trois spécialisés dans la fabrication d'engins explosifs.
En décembre 1942, les mineurs d'origine espagnole sont très nombreux à participer aux grèves. La résistance s'organise dans les bassins miniers d'Alès et la Grand-Combe.

Au mois de mars 1944, le chef de la 21ème brigade, Gabriel Perez, reçut mission de la division d'effectuer une série de sabotages dans le bassin minier.
- le 9 mars : destruction du transformateur de la mine de Bessèges
- le 13 mars : destruction du transformateur de la mine de Trescol et Laval
- le 18 mars : sabotage de la ligne à haute tension de la Grand-Combe - le 23 mars : destruction de la pelle mécanique de Rochebelle.
Après ces actions, les guérilleros ne purent continuer à occuper leur poste de travail, ils gagnèrent les forêts cévenoles ils établirent deux maquis. La liaison entre les groupes de résistants devint chaque jour plus difficile. Casimiro Camblor fut fusillé par la Gestapo au Puits de Celas.
Les Waffen SS fusillèrent, Gregorio Hernandez sur la route de Saint-Jean de Valérisque et Sebastian Vicente à Sauve.
Gerardo Loveira fut tué au cours d'un accrochage avec les patrouilles allemandes à Bagnols- sur-Cèze.
Julian Hernandez fut le héros d'une aventure étonnante. Arrêté par les Allemands et conduit, les mains liées face à un peloton pour être fusillé, dans un effort surhumain il arriva à se détacher et à saisir de sa main gauche le canon de la mitraillette d'un soldat, tandis que de la droite il bousculait l'officier qui le surveillait. Le coup de feu partit, Hernandez le reçut à la jambe. Il tira avec l'arme tuant cinq soldats. Entre-temps, l'officier bousculé s'était relevé et visait Julian Hernandez au visage. Celui-ci décocha un coup terrible dans la poitrine de l'officier et malgré ses blessures, s'échappa en courant; il se cacha, à moitié enseveli dans un bourbier où il passa la nuit.
Le 4 juillet 1944, presque deux mois avant la libération de la région, les guérilleros et les FTPF occupèrent La Grand-Combe.
 
Après le débarquement des forces franco-américaines, le 15 août 1944, sur les plages de
Provence, les chefs guérilleros reçoivent l'ordre du commandement des F. F. I d'harceler systématiquement les troupes allemandes qui voulaient gagner la vallée du Rhône.
Du 21 au 27 août 1944, la 21ème brigade participe à la libération d'Alès, et de Saint Christol
les Alès
25 août 1944 : bataille de la Madeleine

La bataille de la Madeleine

Après le débarquement des forces alliées en Provence le 15 août 1944, tous les résistants de la région étaient mobilisés pour tenter d'arrêter une colonne allemande forte de 2.000 hommes et composée de 150 camions, qui remontait vers la vallée du Rhône en provenance de Toulouse. Attaquée par le maquis Aigoual Cévennes à Saint Hippolyte du Fort. Un tiers de la colonne (environ 700 hommes) évita le combat et se dirigea vers Alès.
Les chefs des guérilleros, Cristino Garcia et Miguel Arcas (commandant Victor) et Emile Capion, (capitaine Carlo, chef des F.T.P.), élaborèrent les plans de l'embuscade. Le croisement de la Madeleine, cerné en demi-cercle par des collines abritant les ruines d'un château et un tunnel de chemin de fer fut choisi comme lieu d'attaque.
Le 25 août 1944, mettant en œuvre des leurres et des subterfuges destinés à laisser croire aux Allemands la présence d'un important nombre de combattants, 32 guérilleros commandés par Gabriel Perez et Miguel Arcas et, 8 F.T.P. réussiront à arrêter la colonne le temps nécessaire à l'arrivée des renforts terrestres et aériens.

Les pertes du côté allemand : 8 morts,178 blessés et 500 prisonniers. Le lieutenant-général et un autre officier se suicidèrent. Les guérilleros n'eurent qu'un blessé.

Tous les guérilleros qui prirent part à la bataille furent décorés de la croix de guerre avec étoile d'argent.

Au lendemain de la bataille de la Madeleine, la plupart de ces guérilleros sautent dans leurs camions et foncent vers les Pyrénées pour s'infiltrer en Espagne afin d'en chasser le dictateur Franco. L'expédition du Val d'Aran est en route ...
 
André Malraux dira "peu importe nos noms que nul ne saura jamais. Ici nous nous appelions la France. Et quant nous étions en Espagne, nous nous appelions l'Ebre, du nom de notre dernière bataille".


Trois chefs ayant marqué la résistance cévenole

CRISTINO GARCIA GRANDAS
(Chef de la 3ème division Gard-Lozère-Ardèche)
cristino.jpg


Né en 1914 à Sama de Langreo (Asturies). Marin pêcheur.
S'engage dans l'armée républicaine puis dans le XIVème Corps d'Armée. Il reçoit une formation d'élite (franchissement des lignes ennemies, fabrication d'engins explosif...) et participe courageusement à la retraite de Madrid. Interné au camp d'Argelès-sur-Mer.
Mineur de fond à la Grand-Combe (Gard). Membre du P.C.E. et des F.T.P-M.O.I.
Il participe en avril 1942 à la réunion de Toulouse qui décide de la formation du 14ème Corps des guérilleros espagnols.
Devient chef de la 3ème division Gard-Lozère-Ardèche en juillet 1943 et va réaliser l'unité militaire de la Résistance espagnole.
Participe à la libération des prisonniers de Nîmes au cours de laquelle il est blessé, à la préparation de la bataille de la Madeleine et à l'opération du Val d'Aran.
Entre à nouveau en Espagne en avril 1945 et forme la "Agrupacion Centre des guérilleros"
(province d'Avila et de Madrid) et participe à des actions de propagande et à des sabotages.

Arrêté début décembre 1945 à Madrid il est fusillé le 21 février 1946 malgré de nombreuses protestations internationales. Suite à cette exécution, la frontière franco-espagnole restera fermée du 1er mars 1946 au 5 février 1948.

Le gouvernement français lui décernera à titre posthume la croix de guerre avec étoile d'argent. Des rues de plusieurs villes comme Saint Denis, La Courneuve, le 20ème
arrondissement de Paris et Nîmes portent Son nom.




JOAQUIN ARASANZ "VILLACAMPA"
(Chef d'état major de la 3ème division- Commissaire politique)

Participe à la guerre d'Espagne (batailles de Madrid, de Teruel, de l'Ebre)
Connaît la Retirada et plusieurs camps (Saint Cyprien, Argelès, Barcarès, Bram...) desquels il s'échappe.
Intègre un C.T.E et un GTE puis, travaille chez des patrons commerçants, ce qui lui permet de multiples déplacements et l'organisation de nombreuses réunions, politiques. Nommé commissaire politique à la 3ème division, il participe à la libération des prisonniers de Nîmes. Lors de l'opération du Val d'Aran, son groupe réussit à s'infiltrer dans le haut Aragon
espagnol et à "prendre" plusieurs villages. Il doit, contre sa volonté, respecter l'ordre de repli. Il repasse en Espagne en 1946 et devient chef de « la Agrupacion de Aragon".
Arrêté le 23 février 1947, il est torturé puis condamné à mort. Sa peine sera commuée en 30 années de prison. Il en effectuera 17 ans dans les prisons de Huesca, Saragosse, Madrid, Avila et Burgos.
Soit 28 années de lutte.

GABRIEL PEREZ
(Chef de la 21ème brigade du Gard)

Officier pendant la guerre d'Espagne. Il fut un résistant de la 1ère heure.
Commandant de la 21ème brigade du Gard il commande à la bataille de la Madeleine.
Participe à l'opération du Val d'Aran en octobre 1944. Il rentre clandestinement en Espagne en 1945 pour réorganiser le maquis en vieille Castille et préparer un soulèvement. Arrêté, il sera fusillé à Santander en décembre 1945.

 

 

"En tant que webmaster pour le compte de l’association des Anciens et Amis du maquis Aigoual-Cévennes je ne vois aucune objection à sa publication sur votre blog. Nous vous autorisons bien volontiers à mettre un lien vers www.cevennesresistance.fr.

Bien cordialement

Gilbert Vignolle"

 

 

 

 

 Pour poursuivre la lecture de cet article.......

Cliquez sur.....A suivre 



11/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres

retour Accueil
Haut de page
Précédent
Suivant
Bas de page
Envoyer un mail à l'auteur