PHOTOS & PASSIONS

PHOTOS & PASSIONS

Les Républicains espagnols dans la Résistance_2

 

 

 

 

 

 

 

L'Aude et l'Ariège

 

Abascal Pedro  Dit "Madriles". Commandant adjoint au 1er bataillon de la 3éme brigade des guérilleros situé à Calzan qu'il dirige lors de la libération de Foix.

 

Agudo Sixto       Né à Torrijos (Tolède) le 25 août 1916. Politique ; chef de brigade… Passe en France le 2 mars 1940.

Sixto.jpgSixto_papiers.jpg

Après la réunion de Toulouse (1942) où est créé le XIVème Corps de Guérilleros commandé par Rios, au col de Py (commune de l'Herm), Agudo est chargé de la direction du PCE pour la zone pyrénéenne. A la veille de la Libération, le PCE envoie Agudo en Espagne pour renforcer l’organisation clandestine.

Mort à Alcampell (Huesca) le 29/06/2004

Auteur de « Mémoires » en plusieurs volumes et de « Espagnols dans la Résistance française »

 

Alonso José Antonio      dit le "Commandant Robert ou Roberto" : Né à Ciano-Santan (Espagne) le 14 avril 1919: chef d’état-major des guérilléros ; libérateur de Foix en 1944

Réfugié républicain ; officier durant la guerre civile

Depuis février 1939, il avait connu successivement le camp de concentration de Septfonds, puis  une compagnie de travailleurs sur la ligne Maginot, dans les Ardennes. Après la débâcle, ce furent les camps de Bram, d’Argelés, de St Cyprien (PO), puis l’arsenal de Roanne. Enfin, obligé de travailler dans l’organisme allemand Todt à Bordeaux, il s’évade en janvier 1942.

Il rejoint ses compagnons de résistance et est envoyé à St Etienne, où il sabote la production d’acide nitrique de l’usine chimique dans laquelle il est employé. Il fait sauter un transformateur et un compresseur d’oxygène. A la suite de ce sabotage, il est arrêté. Il s’évade le jour même, menottes aux mains. Envoyé dans l’Ariège (automne 1943), il rejoint les Guérilleros au Col de Py (commune de l’Herm).

Devenu Chef d’Etat Major de la 3éme brigade de l’Ariège (sous le nom de Commandant Roberto) en février 44, bien qu’en contact avec les FTP de Calvetti qui vient d’arriver, lui aussi en Ariège, il gardera son indépendance dans les actions. Son lien avec la région résistante se fera avec Camille Souyris dit « Florian » et avec Marthe Pinel  dite « Suzanne », agent de liaison de Ravanel. Cette dernière deviendra sa femme…

Trois groupes importants de Guérilleros se trouvent en Ariège : Région de Vira, La Crouzette (près de Rimont) et Montségur. De là, de nombreuses opérations sont menées (soit uniquement par les guérilleros, soit en commun avec les FTP).

Ayant recueilli le futur général Bigeard qui a été parachuté à Rieucros (8 août 1944), sous l’impulsion de politiques (en particuliers De Nattes, futur préfet de l’Ariège à la Libération), c’est au commandant Roberto (José Alonso) qu’est confiée la libération de Foix par les armes  le 19 août 1944.

Le 8 mai 2003 il recevra des mains du général Roquejeoffre, les insignes d'Officier de la Légion d'honneur en présence des troupes et des élus de la région.

 

José Alonso, après la Libération, restera le porte-parole des anciens guérilleros ayant combattu sur les terres ariégeoises…

 

Alonso.jpg

papiers_alonso.jpg

 

 

 

20140619_comandante_robert.jpg

Le 15 juin 2014 c'est les insignes de "Commandeur de la Légion d'honneur" qui lui ont été remises à Vira.

Décédé le 17 décembre 2015 à Agen

 


"Commandant Robert" (témoignage)

Par José Antonio Alonso Alcalde

Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série

José Antonio Alonso Alcalde : ancien résistant, chef de la 3e brigade de guérilleros (Ariège). Traduction de Elvire Diaz

 

 

".....comme ça que le Parti communiste espagnol a commencé à créer, en 1942 – à recréer plutôt, car il avait existé déjà en Espagne une formation militaire ayant le même nom – le 14 e corps de guérilleros. Celui-ci est né dans l’Ariège et dans une partie de l’Aude.

Je me trouvais dans la zone occupée, dans un groupe mixte de la guérilla urbaine composé de Polonais et d’Espagnols. Quatre d’entre nous ont été arrêtés, j’ai fui, et notre responsable m’envoya dans le département de l’Ariège où je rejoignis la 3 e brigade de guérilleros, brigade qui s’est couverte de gloire. Dans de nombreux départements, beaucoup de brigades de guérilleros se sont créées et ont agi comme la nôtre, mais ce qui s’est passé, c’est que, nous, nous étions complètement indépendants des camarades français des FTP du Parti communiste français. Il y en avait un groupe, peu nombreux, mais, nous, nous l’étions, et nous étions autonomes par rapport à eux. C’est-à-dire qu’après, quand, à la Libération, on a attaqué la ville de Foix, on l’a libérée seuls, et on a poursuivi encore trois jours la bataille pour libérer le département avec d’autres forces. Dans les autres départements, les guérilleros laissèrent faire les Français et ils sont entrés ensemble dans les villes. Mais si dix Français seulement étaient venus avec nous pour libérer la ville de Foix, aujourd’hui on dit que les Français l’ont libérée … C’est pourquoi nous, les guérilleros, nous avons notre monument national dans ce département ; parce que, quand l’Amicale des guérilleros s’est créée, on a voulu faire un monument dans l’Ariège, car l’Ariège avait déjà de nombreuses plaques commémoratives. Ce n’est pas de l’orgueil de ma part, mais nous avons laissé beaucoup de souvenirs dans ce département.

C’est dans l’Ariège, au col de Py, qu’est né le 14 e corps de guérilleros, ainsi que la 3 e brigade. Il y a donc là un monument magnifique 1, avec une carte qui explique les lieux où nous nous trouvions. À 6 km de là, une stèle indique qu’on a mené une bataille ; à 8 km à l’est, dans le village d’Arvigna, est inscrit un hommage aux « guérilleros espagnols [ et à ] leur sacrifice, 1939-1945 ». Au col de Calzan, est érigée une colonne de deux mètres de haut avec une plaque qui porte cette mention : « Pendant l’occupation allemande, ici commençait le territoire des guérilleros espagnols, et le 19 août, d’ici partit le premier bataillon pour libérer Foix, capitale du département ». À Foix, il y a la rue des Guérilleros, et à 7 km de Foix, à Prayols, a été érigé le monument rendant hommage à tous les guérilleros de France. C’est en effet dans ce village qu’on a mené une bataille, le jour après avoir libéré Foix, et on a fait 120 prisonniers, dont six de la División Azul. La plaque du socle du monument de Prayols indique : " Aux guérilleros espagnols morts pour la France"......

 

 

 

 

Guttierez Alfonso          Interné au camp du Vernet d'où il s'évade, il devient commandant des guérilleros espagnols du maquis de Monségur sous le pseudonyme de « Commandant Alberto » ; mort le 16 mars 2003 à La Tour du Crieu.

 

 

 

Munoz Hermine             Née  le 19/09/1926 à Mataro (Barcelone). Agent de liaisons de l'état-major de la 3ème brigade des Guérilleros espagnols.

 

 

 

Ponzan Vidal Francisco                Espagnol né en 1911; interné au camp du Vernet d'où il s'évade. En contact avec le colonel Marshall, responsable des services secrets britanniques , il crée dès 1939, avec Jean Bénazet, un réseau de passages et de renseignements. Il  sera exécuté par les Allemands en août 1944 dans la forêt de Buzet.

 

 

 

Rios Garcia Jésus            Aragonais (alias "Martin"), il est commandant en chef des Guérilleros en France (1942): la direction se trouve au Col de Py (commune de l'Herm). Dénoncé, il sera criblé de balles à Gudas: il meurt le 27 mai 1944

 

 

 

Rubio Ramon    Commandait les Guérilleros lors de la libération de Saint-Girons: il y a perdu un bras...

 

 

 

Villajos Fernando           Dit le commandant "Tostado" (1914- 2006): Réfugié dans les CTE en 1939, l'UNE l'envoie en Ariège en 1943. Chef de bataillon de guérilléros dans la vallée du Douctouyre; tente l'opération de "Réconquista" de l'Espagne en octobre 1944.

 

 

 

Certaines parties de ce texte ont pour source  Histariège (Site de J-J PETRIS)

ARIEGE.jpg

Lien d'intérêt:   Histoire et Mémoire  

 Livres recommandés:   « Le Maquis de Roquefixade », J.J. Pétris.

 

 Ariège_2-(12) (Copier).jpgAriège_2-(11) (Copier).jpgAriège_2-(5) (Copier).jpgMonument National des "Guérilleros" du village de Prayols (Ariège)

DSC_0055 (Copier).jpg

Plateau des Glières

 

56 maquisards espagnols, anciens soldats de l’armée républicaine ayant combattu dans la guerre civile espagnole, réfugiés dans les montagnes, en contact depuis longtemps avec l’Armée Secrète, rejoignent le Plateau des Glières. Ils se mettent aux ordres de Tom MOREL mais demandent à ne pas avoir à tirer sur des Français en souvenir de l’accueil (pourtant particulièrement inhumain...) qu’ils avaient trouvé en France en 1939. Cette réserve sera respectée.

 

 

 

"......Et maintenant, le grand oiseau blanc de Gilioli a planté ses serres ici. Avec son aile d’espoir, son aile amputée de combat, et entre elles, son soleil levant. Avec son lieu de recueillement, sa statue dont les bras dressés sont pourtant des bras offerts. Avec ses voix entrecroisées, qui feront penser à l’interrogation des tombeaux égyptiens : « Que disent les voix de l’autre monde, avec leur bruit d’abeilles... » Elles disent : « Nous sommes les torturés agonisants, dont la Gestapo disait qu’il était inutile de les lui envoyer puisqu’ils étaient vides. »

Les Espagnols tombés ici en se souvenant des champs de l’Ebre et du jour où la Révolution vida les mont-de-piété de tout ce que les pauvres y avaient engagé.

Les Français qui avaient rejoint après avoir combattu, eux, dans la ligne Maginot jusqu’au dernier jour. Les gens des villages sans lesquels le maquis n’aurait pu ni se former ni se reformer ; ceux qui ont sonné le glas pour lui ; ceux que les hitlériens ont déportés, ceux qu’ils ont fait courir pour rigoler, pendant la répression, devant leurs mitrailleuses qui les descendirent tous.

Peu importent nos noms, que nul ne saura jamais. Ici, nous nous appelions la France. Et quand nous étions Espagnols, nous nous appelions l’Ebre, du nom de cette dernière bataille. Je suis la mercière fusillée pour avoir donné asile à l’un des nôtres. La fermière dont le fils n’est pas revenu....."

                    (extrait du discours d'André MALRAUX)  

 

                                                                                                                 

 Cliquez sur ce lien:  Le-Chant-des-Partisans        

 Cette chanson fut composée en 1941 à Londres, la musique et les paroles originales de la chanson étant en russe,  Joseph Kessel et son neveu, Maurice Druon, tous deux auteurs français expatriés en Angleterre et futurs académiciens, proposèrent la variante française de la chanson le 30 mai 1943.
Largué par la Royal Air Force sur la France occupée, et écouté clandestinement, ce succès dont les paroles furent publiées dans Les cahiers de la Libération du 24 septembre 1943, se répand immédiatement tant en France qu'ailleurs dans les milieux de la Résistance et des Forces françaises de l'intérieur. Il se prolonge dans de nombreuses interprétations postérieures à la guerre, dont celle d'Yves Montand est une des plus célèbres. (source Wikipédia)

 

Fue compuesto en Londres en 1943, durante la Segunda Guerra Mundial.
Esta obra de arte enaltece el patriotismo y la movilización contra el opresor : su objetivo era hacer que los franceses se adhirieran a la causa de los luchadores patriotas, -los resistentes, los partisans- que luchaban de manera clandestina contra los ocupantes alemanes cuyos uniformes comparaban con «cuervos».


Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaine ?
Ami, entends-tu le bruit sourd du pays qu'on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme!
Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes.

Amigo, ¿oyes el vuelo negro de los cuervos en la llanura?
Amigo, ¿oyes el rumor sordo del país al que están encadenando?
¡Oíd! guerrilleros, obreros y campesinos, estamos dando la alarma!
Esta noche el enemigo conocerá el precio de la sangre y de las lágrimas.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades,
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades;
Ohé, Francs tireurs, à la balle et au couteau, tirez vite!
Ohé saboteur, attention à ton fardeau dynamite

Subid de la mina, bajad de las colinas, camaradas,
Sacad del pajar los fusiles, la metralla, las granadas.
¡Oíd! Guerrilleros: disparad rápido con la bala y sacad la navaja.
¡Oye! Tú que haces saboteos: ¡cuidado con tu carga, que es dinamita!

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons, pour nos frères;
La haine à nos trousses, et la faim qui nous pousse, la misère.
Il est des pays où les gens aux creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tu nous on crève

Somos nosotros quienes rompemos los barrotes de las cárceles, por nuestros hermanos,
Con el odio que nos va a los alcances, el hambre que nos arrebata, la miseria.
Hay países donde la gente sueña en el hueco de las camas.
Aquí, mira: nosotros caminamos, matamos, reventamos.

Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe;
Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place.
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes
Chantez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute

Aquí, cada uno sabe lo que quiere, lo que hace al pasar.
Amigo: si te caes, otro amigo sale en tu lugar de la oscuridad.
Mañana, a pleno sol, la sangre negra secará sobre las carreteras.
Silbad, compañeros: en la noche la libertad nos está escuchando.

*************************

 

Falco.jpg

José Falcó Sanmartin, As de l’aviation républicaine de la Guerre d’Espagne (1936-1937), titulaire de huit victoires aériennes, est mort le 10 mai 2014 à Toulouse.
Né à Barcelone en 1916, ce Catalan lutta contre les forces franquistes entre 1936 et 1939. Puis, après avoir dû quitter l'Espagne pour la France, il y fut interné quelque temps dans les camps d'internement d'Argelès sur mer puis de Gurs, avant de partir pour l’Algérie en novembre 1939. Pilote de chasse, capitaine et chef d’escadrille, tenta à plusieurs reprises de rejoindre les rangs de l’Armée de l’air française au cours de la Seconde Guerre mondiale,  mais on lui refusera cette possibilité. Une nouvelle fois contraint à l’exil, il devient alors mécanicien pour la Gendarmerie française à Toulouse. Et ce n’est qu’en 1984, qu’il a été rétabli dans son grade de réserve l’armée de l’air espagnole : celui de colonel.

 

 



17/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres

retour Accueil
Haut de page
Précédent
Suivant
Bas de page
Envoyer un mail à l'auteur